Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

Publications récentes

Notes de lecture

Pierre Morère
p. 231-232

Texte intégral

1Voices From Modern Scotland: Janice Galloway, Alasdair Gray, Bernard Sellin ed., Centre de Recherches sur les Identités Nationales (CRINI), Nantes, 2007, 143 pages, 15 euros.

2Ce livre, rédigé en anglais et particulièrement stimulant, rassemble plusieurs articles présentés un premier temps sous forme de communications lors d’un colloque tenu à l’université de Nantes en 2006. Tous concourent à démontrer le tournant majeur qu’a pris la littérature écossaise contemporaine depuis la publication de Lanark d’Alasdair Gray en 1981. On lira avec intérêt, après l’introduction de Bernard Sellin, les articles de Marie-Odile Pittin-Hédon : « “For God’s sake, don’t beleive what my wife says” : Alasdair Gray’s textual games » ; Georges Letissier : « The voices of transgressive parody in Alasdair Gray’s Poor Things » ; Monica Germanà : « Eating disorders : cannibalism and the quest for happiness in Alasdair Gray’s Lanark » ; David Leishman : « “The voice is still there”: the persistence of voice in the fiction of Janice Galloway and Alasdair Gray » ; Camille Manfredi : « Writing on thin ice: surface and depth in Janice Galoway’s fiction » ; Bernard Sellin : « Looking for the other: Janice Galloway’s Foreign Parts ». L’ouvrage se termine par un entretien des plus instructifs entre Janice Galloway elle-même et les participants au colloque dans un débat conduit par Camille Manfredi et Bernard Sellin. Chaque auteur, avec des méthodes différentes, apporte un éclairage original sur deux auteurs majeurs de la littérature écossaise contemporaine que le témoignage de Janice Galloway vient couronner avec bonheur.

3Pierre Morère, Essai sur le goût d’Alexander Gerard, introduction, notes et traduction, Ellug, Grenoble, 2008, 283 pages, 28 euros.

4Le but de cette publication est expliqué en quatrième de couverture : « Alexander Gerard (1728-1795) participe avec Thomas Reid, James Beattie et James Oswald aux débats de l’école philosophique écossaise du sens commun. Son Essai sur le goût, qui connut trois éditions successives (1759, 1764, 1780) reçut à l’époque un accueil très favorable. Dans la tradition des Lumières, Gerard s’efforce de faire la part égale entre l’inné et l’acquis, et l’appréhension du Beau est autant affaire de dispositions naturelles que de culture. Même le Sublime, une fois passé l’effet d’éblouissement, devient objet de réflexion. L’effort que tente Gerard de concilier sensations et jugement le conduit en matière d’esthétique aux mêmes apories que ses collègues du sens commun dans le domaine de la philosophie et sa théorie fut éclipsée par Edmund Burke et Adam Smith, et surtout par Emmanuel Kant en Allemagne. Il n’en demeure pas moins que l’Essai sur le goût constitue une étape majeure dans la recherche esthétique au xviiie siècle et son intérêt est expliqué dans l’introduction critique de cet ouvrage où sont mis en regard l’apport de l’Antiquité grecque et romaine, notamment Longin et Cicéron, ainsi que des philosophes contemporains comme Lord Shaftesbury, Francis Hutcheson, Henry Home of Kames, David Hume et Adam Smith. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Morère, « Notes de lecture », Études écossaises, 12 | 2009, 231-232.

Référence électronique

Pierre Morère, « Notes de lecture », Études écossaises [En ligne], 12 | 2009, mis en ligne le 30 avril 2010, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://etudesecossaises.revues.org/184

Haut de page

Auteur

Pierre Morère

Université Stendhal-Grenoble 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Études écossaises

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org