Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

La réputation de personnalités historiques écossaises

Introduction

Laurence Gourievidis
p. 9-10

Texte intégral

  • 1  Sue Innes, « Reputations and remembering: work on the first biographical “Dictionary of Scottish W (...)

1La conférence organisée en juin 2003 à Stirling autour du thème de la « réputation » de personnalités écossaises, dont les pages qui suivent présentent certaines contributions, s’inscrit dans le domaine beaucoup plus vaste de l’étude des mentalités et en particulier la construction de la mémoire collective. Cette conférence, tout autant que l’élaboration en cours du Biographical Dictionary of Scottish Women1 offrent un nouveau regard sur les processus qui entourent la construction de personnalités historiques. Au départ, comme l’expliquent Michael Penman et Jim Smyth, l’étude de la notion de réputation a débuté par un cours de licence visant à explorer la (les) représentation(s) de grands noms de l’histoire écossaise dans la mémoire collective. Il s’agissait moins de s’attacher à des biographies successives qu’à des modes d’interprétation, de sélection, des silences et des emphases qui font partie intégrante de la manufacture de héros ou leur contraire. Inscrire ces modes narratifs dans leur temps, ces personnages dans leur contexte et celui de leur (ré-)interprétation s’avérait aussi important, sinon plus, que leur propre cheminement et carrière.

2Les articles ci-après montrent que les images ancrées dans la mémoire populaire sont souvent totalement imperméables aux travaux révisionnistes d’historiens et aux études critiques émanant du monde universitaire. Nombre d’entre elles prennent leurs sources dans des ouvrages populistes (biographies, histoire), mais aussi dans des oeuvres littéraires ou artistiques (romans historiques, peintures). À toute figure de l’histoire étudiée correspond donc souvent une construction binaire – souvent écartelée entre l’image du héros et celle du traître – ou multiple, avant tout le contrepoint d’enjeux économiques, politiques et sociaux du moment. Ces articles mettent aussi en lumière les intérêts qui se profilent dans la naissance, le recyclage ou l’appropriation de la réputation d’un personnage et montrent bien à quel point toute re-construction est prisonnière d’idéologies variées et évolutives.

3Dans le cadre politique de l’Écosse du xxie siècle, l’étude de la notion même de « réputation » de figures historiques est l’illustration parfaite de ce phénomène et marque la volonté écossaise de redécouvrir son histoire. Intimement liée à la notion d’identité nationale, la réputation de certains héros va prendre des tonalités différentes selon les inclinations des biographes ou commentateurs. David Livingstone sera, au début de sa carrière, l’explorateur britannique par excellence ; au tournant du xxe siècle, il deviendra un héros national écossais et, à l’heure actuelle en Zambie, un monument le consacre « Africa’s first freedom fighter ». Certaines valeurs peuvent aussi décider de la longévité ou de l’éclipse de héros du passé, et Michael Penman s’interroge sur le poids du mythe du « lad o’pairts » dans le choix opéré par l’Écosse du xixe siècle, faisant la part belle à William Wallace et reléguant au second rang Robert the Bruce. La portée de symboles iconiques peut aussi se trouver inversée, comme le crucifix dans les portraits de Mary Stuart, tantôt brandi comme un poignard ou signe de bénédiction, ou la casquette de Keir Hardie, faisant de lui un homme du peuple ou révélant une excentricité vestimentaire délibérée. En général, l’image publique s’accommode mal des failles que révèlent les facettes du privé et les passe sous silence : l’alcoolisme de Charles Edward Stuart ou les relations adultères de Keir Hardie avec Sylvia Pankhurst. En définitive, pour qu’une réputation défie le temps, il lui faut être éminemment adaptable, et, tout en conservant des linéaments, elle doit pouvoir être inlassablement refaçonnée.

Haut de page

Notes

1  Sue Innes, « Reputations and remembering: work on the first biographical “Dictionary of Scottish Women” », Études écossaises, n° 9, 2003-2004, p. 11-27.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Gourievidis, « Introduction », Études écossaises, 10 | 2005, 9-10.

Référence électronique

Laurence Gourievidis, « Introduction », Études écossaises [En ligne], 10 | 2005, mis en ligne le 31 mars 2005, consulté le 27 mars 2017. URL : http://etudesecossaises.revues.org/110

Haut de page

Auteur

Laurence Gourievidis

Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Études écossaises

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org