Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

Recensions

Christophe Roncato, Kenneth White, une œuvre-monde

préface de Régis Poulet, Presses universitaires de Rennes, publié avec le soutien le CEMRA, université Stendhal-Grenoble 3, 2014, 247 p.
Pierre Morère
p. 190-194
Référence(s) :

Christophe Roncato, Kenneth White, une œuvre-monde, préface de Régis Poulet, Presses universitaires de Rennes, publié avec le soutien le CEMRA, université Stendhal-Grenoble 3, 2014, 247 p.

Texte intégral

1Il n’est de pensée digne de ce nom que celle qui est en mouvement permanent, qui fuit toute forme de sclérose et aspire à des vastes espaces. C’est le but que s’assigne le poète-penseur Kenneth White et dont Christophe Roncato développe dans ce livre les principaux mouvements. Le post-modernisme est d’emblée défini dès l’introduction comme la fin de l’esprit de système, de cette hubris qui prétendait faire de l’homme le conquérant du monde. Ici intervient Nietzsche et sa critique contre les « constructions mentales pourvoyeuses de refuge ». L’ouverture vers l’hétérogène, pierre angulaire de l’œuvre de White, aborde la pensée orientale qui permet une « porosité au monde » (p. 10) et permet un « nouveau fondement culturel » (p. 10). C. Roncato définit la stratégie globale du White sous trois angles : le champ subjectif, le champ poétique et le champ socio-culturel. Cet esprit d’ouverture s’assigne pour but de donner un sens au séjour de l’homme sur terre dans la recherche d’un équilibre entre structure et flux. Le bilinguisme du poète se révèle comme un outil essentiel dans son refus d’un enracinement étouffant et dans sa quête d’horizons plus féconds. La fondation de l’Institut international de géopoétique en 1989, projet qui, tout en se présentant comme une arborescence des idées de White, apparaît comme un défi courant le risque que revêt toute enveloppe structurante. White part du constat que le xxe siècle est, selon lui, marqué par la « médiocratie », cette « autoroute de l’Occident » qui est vue comme autant d’ornières dans lesquelles s’enlise la pensée. La poétique de White se définit comme une « dynamique fondamentale qui peut traverser la poésie, la philosophie, la science et éventuellement la politique » (p. 16). Il s’agit d’une démarche vitaliste qui rapproche le poète des romantiques et qui se déploie comme un désencombrement et une épure.

2La première partie du livre de C. Roncato, « Vers un sujet revitalisé » évoque d’abord le rejet de l’urbanisation et le souci du poète de briser les entraves diverses de la pensée qu’elle entraîne. Mais White se démarque des romantiques dans la mesure où il rejette leur attitude solipsiste et leur aspiration à la transcendance. Écho de William Blake, la ville offre le spectacle du mariage du ciel et de l’enfer. Toutes ces préoccupations s’expriment dans des recueils comme Wild Coal (1963), En toute candeur (1964), The Cold Wind of Dawn (1966) et dans certains chapitres de Incandescent Limbo (1976). La nocivité de la ville réside dans la sédentarisation qu’elle génère (cf. The Blue Road) faisant de l’individu un « homme-usine » destructeur de l’élan vital. En plus, comme l’explique C. Roncato (p. 32), la Cité n’est que la partie immergée de l’iceberg et qu’au-delà se trouve la civilisation. L’auteur souligne aussi ce retour aux sources chez White qu’est son attrait pour la Grèce antique et l’importance qu’il accorde à Platon et à Aristote, tout en soulignant sa nette préférence pour Héraclite qui est le penseur du mouvement. Le poète se rapproche encore de Nietzsche dans son rejet du christianisme et de Descartes en qui il voit le premier penseur de la modernité. White entend réhabiliter la pensée néo-platonicienne et se fait l’avocat d’une éthique terrestre qui ne dissocie pas le corps et l’esprit. S’ensuivent les concepts de « monde blanc » et de « monde ouvert » définis comme le « fruit d’une logique qui s’ancre dans la pluralité » (p. 61), faisant intervenir l’idée de « l’homme jeté au monde » avancée par Heidegger. Cette imprégnation de l’être dans le monde est la condition nécessaire de sa re-naissance, notion que White illustre dans « A Walk along the Shore » et dans « Collines matricielles ». Dans tous les cas, il importe de dépasser l’univers métaphysique comme dans L’esprit nomade et dans La Figure du dehors. Et ce dépassement s’opère par la marche, dans une logique du cheminement (cf. Atlantica).

3Originaire de Glasgow, White voit dans sa ville natale le creuset de son imaginaire, insuffisant en soi, mais positif car il invite à aspirer à d’autres espaces. Glasgow est vu comme le « reflet du ça », cette nature brute enfouie dans la gangue du sur-moi et qui ne demande qu’à se libérer. À cet effet, il importe de rechercher les espaces plus vastes de l’Orient dans lequel White voit cette fluidité et cette ouverture sur le cosmos qu’il recherche par opposition à l’Occident fait de « structures lourdes et [de] focalisation sur l’humain » (p. 87). La voie de l’Orient passe par le Nord, sorte de trait d’union entre Nietzsche et le Zen. La pensée de White ne recherche pas l’utopie mais l’a-topie : « L’atopos est le lieu où l’être peut se mouvoir librement et augmenter sa sensation de vie. » (p. 91) Le moi chez White, n’est donc pas « un » mais « divers », comme chez D. H. Lawrence, il dépasse la conscience et s’ouvre vers le Tout.

4La deuxième partie du livre aborde l’étude de l’écriture de White « placée sous le signe du mouvement et de l’énergie » (p. 105). Le poète récuse donc l’œuvre-monument, le myth-malarkey, terme argotique signifiant « âneries ». Le langage est associé au lieu et se définit selon la « poétique de la lande » qui distingue dans le paysage (landscape) : le mindscape (paysage mental) et le worldscape (paysage mondial). Viennent s’y ajouter la poétique de la montagne (cf. « Pyrenean Meditations », « Eleven Views of the Pyrénees », « Ossau Valley Notes » composés lors du séjour palois de White), la poétique de l’Atlantique où est soulignée l’importance du thème de l’eau et de l’univers marin (cf. « Les rives du silence », « House of Tides », « Scenes of a Floating World, Isolario »). On aurait pu ajouter ici que cette présence aquatique se trouve aussi chez Virginia Woolf, mais dont l’écriture intimiste, très repliée sur le moi, n’est certainement pas ce que White recherche. Le refus de l’immobilité entraîne chez White celui d’une œuvre considérée comme un tout (cf. Le champ du grand travail). À un ensemble figé White oppose l’idée d’une concordance générale qui s’illustre par son esprit d’ouverture et par l’entrelacement de l’anglais et du français. Le poète détermine trois genres représentés par une flèche : les pennes sont les essais, la tige les récits et la pointe les poèmes. En outre, le refus de l’immobilité requiert de passer de l’intertextualité à la transtextualité que C. Roncato explique à la lumière de la grille analytique de Genette qui « démontre que le texte whitien n’a de cesse de chercher à étendre ses limites, qu’il est constamment lié au Dehors » (p. 168). Il s’ensuit une déconstruction de la figure de l’auteur auquel il refuse le rôle de démiurge. On peut se demander ici, ce que ne fait pas C. Roncato, si ce rejet du démiurge ne fait pas écho, du moins de manière subliminaire, à la théorie de la Mort de Dieu (axée sur une critique d’une perversion des Écritures en valeurs mondaines) développée par certains théologiens (Gabriel Vahanian) dans la seconde moitié du xxe siècle.

5La troisième partie du livre intitulée « Déployer les énergies dans le social et le culturel » évoque ce que l’on pourrait qualifier de « phase militante », le passage qu’opère White de l’écriture à l’action. Le creuset en est encore les jeunes années du poète passées à Glasgow et l’influence du marxisme. Loin d’être coupé du monde, l’écrivain, travailleur de l’écriture, est investi d’une mission (cf. Crépuscule de la littérature anglaise, p. 179). Le séjour parisien de White eut aussi son importance avec l’omniprésence de l’existentialisme des années 1950 et du structuralisme des années 1960. Mais White se sent davantage attiré par le mouvement plus ancien des surréalistes, le Collège de sociologie et le Grand Jeu (p. 180).

6K. White est aussi professeur et il vient le rappeler dans ses propos sur la pédagogie dans lesquels il cultive une certaine ambivalence. D’un côté il récuse la pédagogie qu’il considère comme un carcan étouffant, mais il confie aussi qu’« il y a des esprits bien plus bornés que les pédagogues » (p. 186). Sans doute peut-on encore voir ici cette ambivalence qui invite à être fois dans les institutions et au-dehors de tout système : spectateur critique et acteur à la fois.

7Le livre de C. Roncato se termine par un « Historique provisoire de l’Institut international de géopoétique », tâche délicate mais menée avec doigté. Il s’agit, paradoxalement, de créer « un système ouvert », de passer de la théorie à la pratique, d’habiter poétiquement la terre et d’opérer un travail de mémoire. Doivent s’y déployer l’éthique et la politique de l’Archipel qui « est une proposition concrète pour sortir des constructions verticales qui caractérisent les sociétés modernes » (p. 205). C. Roncato évoque les deux étapes du développement de l’Archipel sous la forme d’ateliers, d’abord à Bruxelles, puis en Écosse, à Belgrade et au Québec, ensuite dans une seconde phase en Suisse, en Aquitaine, l’Atelier des deux rives de Tübingen et le Centre de géopoétique de Paris.

8Le livre de C. Roncato illustre avec beaucoup de clarté l’œuvre foisonnante de K. White et l’auteur a d’autant plus de mérite qu’il parvient à en rendre compte dans un ouvrage relativement bref mais très précis. Il est cependant une notion qui ne semble pas effleurée (volontairement ?) — et peut-être que K. White lui-même récuserait — : l’idéologie de l’écologie, ou du moins la branche de cette mouvance qui récuse la modernité, le progrès et la croissance. Mais il s’agit là d’une piste différente (et peut-être fausse) que d’autres fervents de la poésie de White auront tout le temps d’explorer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Morère, « Christophe Roncato, Kenneth White, une œuvre-monde », Études écossaises, 17 | 2015, 190-194.

Référence électronique

Pierre Morère, « Christophe Roncato, Kenneth White, une œuvre-monde », Études écossaises [En ligne], 17 | 2015, mis en ligne le 25 avril 2016, consulté le 28 avril 2017. URL : http://etudesecossaises.revues.org/1033

Haut de page

Auteur

Pierre Morère

Université Grenoble Alpes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Études écossaises

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org